Ammar Allalouche, l'artiste militant !

«  Le fait de témoigner, de relater, de "dire" peut-il influer  sur le cours des choses ? Sommes - nous de simples témoins ou des rouages du changement ?  » 



de l'art contemporain

« La provocation de l'art contemporain tient à une chose et une seule : l'argent - le prix auquel ces travaux sont estimés et vendus. Ce n'est pas beau parce que c'est beau (quoi qu'on place sous ce terme), c'est beau parce que c'est cher ! L'autorité du succès financier prime sur l'autorité du talent. L'avoir supplante le voir ; L'oeuvre, en réalité, importe peu ou pas, seule compte sa valeur marchante. Il faut du talent et du courage pour peindre, il faut de la morgue et de la cupidité pour vendre du rien serti d'ordures ou de diamants. » Ammar Allalouche 

_______________

Extrait : conversation avec Ammar Allalouche par Mustapha Chelbi

Source : Publication du musée des Beaux-arts carthage - Salammbo (Tunisie) / Tome II, consacré au plasticien Algérien Ammar Allalouche / 2016

le poète militant

« Je suis comme ce poète militant qui, en évoquant la mort…c’est pour mieux faire accepter et assumer la vie, dans toute son ampleur, y compris la réalité de l’absurde. Aussi voudrais-je considérer l’art comme un acte de liberté, un affranchissement de l’esprit de ses innombrables interdits, une transgression du conformisme ambiant, une résistance contre la laideur qui menace notre monde en ce début du siècle : nettoyage ethnique, montée des fanatismes de toutes sortes, développement de l’intolérance et la haine de l’autre, banalisation du racisme, victoire de la violence et la volonté de mort. La barbarie dans toutes ses formes qui se modernise. Dés lors, il serait impudique de considérer l’art, la poésie, ces merveilleuses offrandes qui sont le reflet et la parole humaine comme un luxe du langage. » Ammar Allalouche 

_______________

Extrait interview / Tunis 2010
source : www.founoune.com

l'aventure humaine de l'art

« Je conçois l’art pour ma part, comme un désir fort de participer à cette magnifique aventure humaine sur la terre. Je tente donc de le charger de transmettre une lueur fraternelle pour m’aider à dissiper l’obscurité régnante. Je tente d’y dire, d’y puiser de toutes mes forces, le monde sensible, mon cœur qui bat, d’explorer les profondeurs intérieures et extérieures de l’homme, de peindre son visage aux mille couleurs. Dans mon pathétique combat, réside mon courage, dans ma douleur, comme ce poète, réside mon humanité, condamné que je suis un Sisyphe, à l’éternel recommencement. Et c’est pourquoi, comme le poète, il ne serait pas heureux, lui semble-t-il, de vouloir limiter la poésie à une affaire de mots, quelle que soit l’importance qu’il accordait au travail sur la langue. Ce n’est pas avec des sentiments qu’il fait la poésie mais avec les mots. » Ammar Allalouche

_______________

Extrait interview / Tunis 2010
source : www.founoune.com


" Bien au-delà des recherches formelles tentant la réconciliation de l’abstraction géométrique à l’abstraction gestuelle, il y a dans l’univers de Ammar Allalouche une volonté louable de porter la symbolique maghrébine vers les hautes sphères de l’espace pictural d’occident. Cette recherche inlassable, faite de signes douloureux adoucis par les couleurs tendres et apaisantes, annonce la vitalité de la conscience maghrébine. Allalouche sur la toile peut se définir en une géométrie dans l’algèbre est la recherche de l’universel. Les références à Kandinsky, Klee, Delaunay, Wols, Bram, Van Velde, Tobey et beaucoup d’autres artistes d’Europe montrent l’étendue de sa culture…néanmoins après ce séjour fructueux auprès des héritiers du Bauhaus, il a répondu à l’appel des origines."

Mustapha Chelbi
Universitaire et Critique d’Art
Extrait : Presse TUNIS 2000

VIDEO

Interview Allalouche Ammar sur les ondes de la Radio Algerie Internationale à l'occasion des journées portes ouvertes initiées par le www.reseau50.com et organisées par le collectif de Constantine réunis à l'hôtel Cirta du 24 au 28 Mai prolongées jusqu'au 7 Juin 2012.

Atelier de Ammar Allalouche à Constantine (Algérie)